LES ÉVÉNEMENTS à ne pas manquer

 Journée de la MTC et 20 ans de l'UFPMTC :
17 février 2018 à Lyon

logo pdfProgramme 

logo pdfBulletin d'inscription

 

 1re rencontre Franco-Chinoise Pharmacopée Chinoise à Strasbourg
Les 12, 13 et 14 janvier 2018 - contact@laboratoire-jz.fr ou 03 88 43 10 00.

 Congrès : comment rester en bonne santé par les méthodes traditionnelles de santé chinoise du jeudi 1er au dimanche 4 février 2018 à Dinard / Saint Jacut de la Mer.

 Examen du DNMTC
UV3 ECH à Paris et Aix-en-Provence, le 13 mars 2018.
Vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 septembre 2018 au centre de Valpré à Ecully (Lyon).

 Journée mondiale de l'acupuncture et Congrès CFMTC
À l’occasion du 8e anniversaire de l’inscription sur la liste représentative de l’acupuncture et de la moxibustion au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, une journée mondiale de l’acupuncture sera organisée par la WADO (World Acupuncture Day Organisation) le jeudi 15 novembre 2018 à l’UNESCO, à Paris. Cette journée sera suivie d’un congrès mondial de 2 jours à la Cité des Sciences et de l’Industrie, le vendredi 16 et le samedi 17 novembre 2018, à Paris. L'UFPMTC et la CFMTC y participeront très activement. 

Actualités de l'UFPMTC

Un peu de lecture…

J'ai en effet eu la surprise de constater que, de l'autre côté de l'Atlantique, on trouvait facilement, au rayon anti-âge, la légendaire poudre de perle de la médecine traditionnelle chinoise, si difficile à trouver en France.
Là-bas, les fabricants n’y vont pas avec le dos de la cuillère pour vous harponner. Avec la poudre de perle, vous allez comme j’ai pu le lire sur une marque : Vivre une vie plus longue, plus saine et plus heureuse. Réduire les rides, les taches de vieillesse et les dommages du soleil.
Obtenir un teint radieux et un visage rajeuni.
Cultivez des os plus forts et augmenter la densité osseuse.
Renforcer votre cœur, régulariser le rythme cardiaque et récupérer d'une maladie cardiaque.
Favoriser votre pression artérielle.
Atteindre des niveaux sains de cholestérol.
Soutenir votre santé oculaire.
Améliorer votre mémoire.
Soutenir votre système immunitaire.
Calmer votre système nerveux, réduire votre stress, favoriser un sommeil réparateur.
Améliorer le QI de vos enfants, les résultats scolaires et la santé globale.
Vaste programme…Mais tout n'est pas faux, loin de là ! La poudre de perle, mythique, mais souvent dévoyée. Bon OK ! On connaît la propension des Américains à tout exagérer. Mais là c’est carrément l’Empire State Building ! À les croire (sur parole vu le peu de références scientifiques apportées), la poudre de perle serait la panacée, LE produit à prendre s’il n’en fallait qu’un. In-cre-di-ble !!!
C'est vrai, la poudre de perle est en effet un des produits les plus mythiques de la médecine chinoise, mais c'est aussi un produit mal connu et surtout, si facile à dévoyer... En France, où ce produit est apparu il y a dix ans à peine, on est encore loin des allégations américaines mais si l’on jette un coup d’œil sur les sites de vente sur Internet, on se rend compte ici aussi qu’entre poudre de perle et poudre de perlimpinpin, on a vite fait de se faire avoir. Pourquoi ? Parce que la poudre de perle est un produit qui répond à des critères très précis que peu de laboratoires respectent. Et parce que, comme tout produit légendaire, il fait l’objet de tromperies et est souvent falsifié.
Voici donc les indications pour repérer sa qualité et démystifier le discours de certains fabricants. L'arme de séduction des impératrices chinoises La poudre de perle appartient à la pharmacopée traditionnelle chinoise. On retrouve la première trace écrite de son emploi à des fins cosmétiques il y a 2 000 ans.
Le secret de beauté des impératrices chinoises tenait dans ce produit qu'elles employaient de deux manières : en poudre pour favoriser l'éclat de la peau, le tonus et pour entretenir leur libido, et en onguent sur le visage afin de lui redonner de la tonicité et lisser leurs rides. Des générations d’impératrices l’ont ainsi utilisée pour ralentir les effets du temps jusqu’au début du XXe siècle avec la dernière dynastie régnante, les Ching. La poudre de perle n’est ni d’origine sauvage ni marine.
La poudre de perle est obtenue à partir de perles d’eau douce et de l’élevage de trois espèces d’huîtres apparentées à des moules d’eau douce. Deux d’entre elles sont utilisées depuis les temps anciens, l’Hyriopsis cumingii et la Cristaria plicata. Mais ces deux espèces d’huîtres sont devenues minoritaires et la poudre de perle qu’on en tire est très chère. Car depuis le XVIe siècle, une autre espèce, la Pinctada maxima ou huître perlière géante (et sa cousine Unionidae), d’origine portugaise, a pris le dessus grâce à sa capacité à pouvoir produire jusqu’à 50 perles. Cette huître qui peut atteindre jusqu’à 30 cm de diamètre est principalement cultivée dans les lacs et les rivières, à l’ouest de Shanghai.
Ces perles spéciales font aujourd’hui l’objet d’un vrai business en Chine où en 2007 déjà la production atteignait 1 500 tonnes, ce qui a commencé à rendre le produit abordable. Ce n’est pas bio !
Si les normes bio se mettent lentement en œuvre en Chine, elles sont ici d’autant plus difficiles à établir que nous sommes sur un produit mêlant animal et minéral. Les producteurs chinois se sont certes adaptés pour la plupart aux normes occidentales concernant l’élimination des pesticides, des métaux lourds et l’irradiation. Les labos français les plus sérieux (ceux qui le vérifient par des analyses complémentaires) vous le diront. C’est donc pour l’instant un produit correctement naturel dans lequel on peut avoir confiance pour peu que l'importateur soit sérieux ! Gare à la poudre aux yeux...
Qui dit gros marché, dit facilement tromperies, surtout dans un pays où les producteurs délivrent des informations avec parcimonie.
C’est un euphémisme. On trouve ici de tout en termes de qualité.
Il faut d'abord savoir que la poudre de perle est constituée de nacre et non de coquille… Poudre de perle ou poudre de nacre, c’est donc la même chose et c'est ce que les Chinois appellent le Zhen Zhu Feng.
Mieux vaut connaître ce terme car il existe aussi dans la pharmacopée locale un produit bien moins intéressant, le Zhen Zhu Mu, qui est fabriqué à partir des coquilles d’huîtres.
Des fabricants peu scrupuleux vendent ainsi de la poudre de coquilles d’huîtres sous l’appellation Zhen Zhu Feng et au même prix. Or la coquille d’huître vaut en réalité entre 5 et 10 euros le kilo (prix producteur). Rien à voir avec la poudre de perles.
D’autres proposent un produit entièrement broyé où se retrouve mêlés le mollusque et sa coquille, c’est ce que l’on appelle le POP. Rien à voir non plus avec la poudre de perle. Car la vraie poudre de perle vaut de 160 à 450 euros le kilo, ce qui donne un prix public moyen variant de 1 000 à 1 500 euros le kilo après manutention, transport, transformation. Ce qui fait en fait un vrai « caviar » du complément alimentaire !...
Cette variabilité des prix s’explique par le fait que cette poudre est tantôt issue d’un grattage de la nacre à l’intérieur de la coquille, tantôt d’un broyage de la perle à 100 %. Sa composition, ses principes actifs, peuvent donc varier considérablement. Comme l’extrait de ginseng dont les prix oscillent de façon importante aussi selon qu’il contient 4 ou 5 % de ginsénosides ou 24%. On trouve sur Internet des sachets de poudre au prix public de 40 ou 50 euros le kilo. Vous saisissez l’anomalie… Par contre, il est impossible de déceler si le produit a été coupé à 50 % ou de savoir si l’analyse fournie avec le produit (ce qui est rare) est fausse… Le cocktail idéal pour la préménopause, la ménopause et l'après-ménopause La bonne poudre, la Zhen Zhou Shen, contient à l’analyse 16 acides aminés : acide aspartique, serine, arginine, thréonine, alanine, méthionine, isoleucine, phénylanine, lysine, acide glutanique, proline, cystine, leucine, glycine, tyrine, histidine. On y trouve des oligoéléments intéressants (sélénium, zinc, fer, cuivre, magnésium et germanium). Elle est faite de protéines (15 %), d’aragonite (essentielle à la formation de la perle), de silice et naturellement de calcium en grande quantité. Sans iode bien sûr ! C'est le cocktail idéal pour la femme au moment de la ménopause.
Le taux de calcium détermine les deux principales qualités de la poudre de perle. Lorsque la teneur est élevée (environ 65 %), elle est utilisée en usage externe comme cosmétique, c’est la qualité la plus facile à se procurer. Regardez bien les étiquettes car à un tel taux, l’usage interne, en dilution dans de l’eau, est fortement déconseillé :
des études cliniques ont montré que le corps n’assimile pas cette quantité trop importante de calcium qui entraîne un dépôt dans l’estomac (une « chaleur » en MTC) avec risques accentués de lithiase ou de calculs biliaires et d’irritabilité en prime.
C’est cette qualité de poudre que les grandes marques de cosmétiques utilisent régulièrement comme adjuvant majeur dans leurs crèmes de jour ou de nuit. Mais pourquoi faire compliqué quand on peut l’appliquer pure : elle nettoie et régénère la peau, lui donne un aspect lisse et tonique, élimine les taches de vieillesse, aide à long terme à retendre les muscles du visage et à effacer les rides et ridules. Que demander de plus ? À quoi reconnaît-on la qualité « premium » ?
La deuxième qualité, supérieure et à usage thérapeutique, se signale à son taux de calcium d’environ 12 à 15 %. Cette poudre, plus rare, est nano-broyée, dans le meilleur des cas grâce à un processus de nano-broyage à froid qui préserve ses principes actifs. Elle est ainsi biodisponible : c’est celle que vous trouvez sous forme de complément alimentaire.
Cette poudre que les Chinois ont mis au point après des siècles d’observation et d’études présente en Médecine traditionnelle chinoise les vertus suivantes :
Elle calme le Shen (l’esprit) : c’est un régulateur des émotions.
Elle apaise le cœur et calme les palpitations.
Elle calme les douleurs inflammatoires.
Elle durcit les os
Elle rafraîchit (tonifie) le foie.
Elle favorise la vision.
Elle concourt à la guérison des ulcères (internes et externes).
Elle élimine le froid localisé à la gorge.
Elle tonifie l’énergie (yin) du rein.
Elle agit sur le « réchauffeur inférieur » : de par ce tropisme, elle est réputée stimuler la libido de la femme et dans une moindre mesure de l’homme.

Deux critères sûrs de qualité
Il y a deux critères sûrs de qualité. D’abord le « taux de cendres » : très peu de fabricants précisent ce taux obtenu par une analyse élémentaire, alors exigez-le ! Une poudre de grande qualité à usage externe aura un taux de cendres de plus de 65 %. Car ce qui reste après combustion dans les cendres, c’est en grande partie le calcium.
Une poudre à usage interne affiche un taux de cendres logiquement moins élevé, de l’ordre de 25 % (ce qui donne environ 13 à 14 % de calcium).
Ensuite, ce qui est plus facile, l’aspect. La couleur est un excellent indicateur. Du blanc au gris clair, vous avez affaire à une haute qualité ; du gris foncé, gris noir au jaune foncé à une mauvaise qualité. La texture aussi : quand elle est très fine, donnant une sensation de talc au toucher, c’est qu’elle résulte d’un très bon broyage.
Je vous l'accorde, il y a beaucoup de conditions à rassembler pour obtenir de la poudre de perle de qualité. C'est la raison pour laquelle j'ai préféré faire la recherche moi-même.. et je l'ai trouvée, cette fameuse poudre de perle, aux laboratoires Bimont. Si vous ne connaissez pas la poudre de perle, je vous recommande de faire d'abord un essai avec un petit conditionnement, car c'est assez cher. Vous trouverez des boîtes de 30 gélules en cliquant sur ce lien.
Pourquoi les Occidentaux en croquent
La poudre de perle présente l’intérêt d’offrir un large spectre d’action.
Les quatre principaux aspects thérapeutiques les plus appréciés chez nous sont :

1. Sa qualité de cosmétique reconnue. Les consommatrices les mieux informées vous diront que rien ne vaut un usage combiné des deux formes de poudre disponibles pour un résultat optimum : sous forme externe avec une crème et sous forme orale biodisponible.
Mais prise sous la seule forme orale, sur la durée, elle éclaircit déjà le teint… et je dois vous avouer que vous pouvez faire l'économie de la crème car, diluée dans une crème de jour, une gélule de la forme "orale" chaque jour vous apportera les mêmes bienfaits.

2. Sa qualité de fort tonifiant du corps et de l’énergie. Très peu de prises suffisent pour obtenir un effet stimulant tant sur le corps 
 que sur le moral. C’est un complément idéal pour les personnes souffrant de baisse de forme, de surmenage ou en manque de récupération.
C’est également de ce fait un excellent produit pour les personnes qui ont une activité physique intense comme les sportifs. Pour la petite histoire, le nutritionniste de l’équipe de football de Montpellier, Marc Couget, qui s’occupe aussi de rugbymen et de basketteurs prescrit à ses joueurs cette poudre aussi utile en rééducation qu’en phase de récupération.
Attention : compte tenu de cette propriété, il est fortement déconseillé de prendre cette poudre le soir sous peine d’insomnie, ou en cas de caractère déjà « bouillant » ou d’état d’irritabilité latente, faute de quoi votre entourage risque fort de subir vos débordements d’humeur.

3. Sa qualité de restructurant osseux et d’anti-inflammatoire. 
Grâce à sa forte teneur en calcium, oligoéléments et surtout aragonite, on sait que la poudre nourrit les os et aide à la prévention ou à l’amélioration de l’ostéoporose et autres dégénérescences du type arthrose, arthrite et troubles ostéo-articulaires divers. L'aragonite 
est également essentielle pour traiter les problèmes de dents qui se 
déchaussent.
Ces propriétés rejoignent la conception de la MTC pour laquelle un problème osseux provient le plus souvent d’un mauvais aspect du rein, notamment d’un vide de Yin.

4. Sa qualité d’antioxydant. Bien que mise en évidence par des études sur des souris, cette propriété non négligeable n’est pas encore très connue. L’un des plus précieux compléments pour les problèmes ostéo-articulaires.
En vérité, l’efficacité de ce produit est surtout vérifiée de façon empirique. Il y a pourtant une exception : son pouvoir de régénération du cartilage et des os a été sérieusement étudié par une équipe de chercheuses du Laboratoire de physiologie générale et comparée associé au CNRS (voir ici un article de la revue Pour la Science synthétisant ces travaux).
Dans cet article intitulé sans équivoque « La nacre, substitut de l’os », ces scientifiques nous expliquent comment la nacre et l’os sont des tissus minéralisés biocompatibles partageant plusieurs caractéristiques comme leur structure ou leur mode d’élaboration. On y découvre les résultats d’essais cliniques qui montrent que la nacre aide à régénérer les os endommagés de façon certaine, ce que les Mayas, il y a plus de 4 000 ans, savaient déjà empiriquement. Une voie d’avenir pour la chirurgie réparatrice osseuse...
L’aragonite de la poudre de perle est un précieux composant qui contient lui-même des protéines fibreuses comparables à du collagène juvénile (comme celles que l’on repère dans le développement de l’embryon), d’où l’intérêt de ce produit aussi pour les enfants en croissance. Mais plus encore, ces protéines fibreuses sont elles-mêmes associées à de nombreuses autres molécules actives dont des facteurs de croissance, de la cytokine (messager moléculaire) et surtout de la décorine (sorte de « colle » cellulaire), autant d’éléments intervenant dans la minéralisation de l’os.

Pour faire simple, l’aragonite est comme un durcisseur de colle qui renforce le calcium. En outre, en présence d’aragonite et grâce à l’appui des acides aminés, les ostéoblastes (cellules indispensables à la régénération du tissu osseux) se multiplient et s’activent au point de fabriquer un os d’excellente qualité, sans besoin d’aucun autre apport. Autrement dit, l’aragonite est à elle seule un outil des plus précieux autant pour la régénération osseuse que pour combler la perte osseuse observée au cours de toute déminéralisation (de l’ostéoporose à la parodontose) et contre la dégénérescence cartilagineuse.
On comprend pourquoi la nacre extraite de l’huître Pinctada maxima est déjà utilisée expérimentalement en chirurgie osseuse réparatrice que ce soit sous forme de blocs massifs ou sous forme micronisée. Et ce n’est qu’un début puisque la chirurgie réparatrice osseuse est en train de mettre au point des biomatériaux très prometteurs à partir de ce trésor de la nature. Comment l'utiliser ?

Dans tous les cas, quelle que soit l’indication, le traitement de fond recommandé doit s’étaler de 1 à 3 mois à raison d’une prise d'une gélule de 500 mg par jour pour bénéficier de ces propriétés.
En traitement d’attaque, en particulier devant une fatigue ou pour un effet « booster », la posologie quotidienne est de 2 à 3 gélules sur une semaine à 10 jours maximum avant de descendre à 1 gélule par jour.
Prenez soin de vous !

 

Dominique Vialard

AS

Coordonnées

UFPMTC
B.P. 60055
31802 Saint-Gaudens cedex

Bureau :
+33 (0)9 52 93 82 36

Portable :
+33 (0)6 19 95 26 75

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs présents sur ce site dans le but de réaliser des statistiques de visites.